Terroir

Généralités

Vignes (20)

La notion de terroir est une notion difficile à définir. Le terroir est trop souvent et à tort assimilé aux seuls facteurs pédoclimatiques (sol et climat). En réalité, le terroir résulte des interactions entre les éléments géographiques (localisation, sol, exposition), climatiques (ensoleillement, pluviométrie, …) et humains (pratiques, savoir-faire, culture).

En France, un groupe de travail INRA  (Institut national de la recherche agronomique) – INAO (Institut national de l’origine et de la qualité) a proposé la définition suivante :

« Un terroir est un espace géographique délimité, dans lequel une communauté humaine construit au cours de son histoire un savoir collectif de production, fondé sur un système d’interactions entre un milieu physique et biologique et un ensemble de facteurs humains. Les itinéraires socio-techniques ainsi mis en jeu révèlent une originalité, confèrent une typicité et aboutissent à une réputation pour un bien originaire de cet espace géographique »

Si les notions d’histoire et de tradition ressortent clairement de cette définition, un Terroir n’est pas figé, mais en constante évolution. Il faut donc y ajouter :

« Les terroirs sont des espaces vivants et innovants qui ne peuvent être assimilés à la seule tradition. »

 


Géographie

GéographieLe Vignoble de Bonvillars s’étend entre le lac de Neuchâtel et le pied du Jura, de 450 à 550 mètres d’altitude, principalement en coteaux. Ses 194 hectares de vigne constituent une des six AOC vaudoises définies par le règlement sur les  vins vaudois de 2009. L’AOC Bonvillars englobe les communes viticoles de Montagny, Valeyres-sous-Montagny, Grandson, Fiez, Champagne, Bonvillars, Onnens, Corcelles et Concise.

Ce paysage est relativement jeune à l’échelle pédologique (étude des sols). La formation de ses sols remonte à la dernière glaciation (le Würm) qui s’est achevée il y a environ 10’000 ans. Lors de son maximum glaciaire, le glacier du Rhône s’étendait sur une bonne partie du plateau Suisse et recouvrait le canton de Vaud de plus de 1’000 mètres de glace. Les frottements dus à son glissement ainsi que les moraines abandonnées lors de son retrait sont à l’origine des sols et du paysage que nous connaissons actuellement. Les sols du vignoble de Bonvillars sont principalement constitués de dépôts morainiques d’épaisseurs variables sur une roche mère calcaire. Ces résidus graveleux ont offert des sols drainants propices à l’élaboration de grands vins.


Climat

Vendanges 2013 (1)Avec 900 mm par mètre carré, la pluviométrie annuelle se trouve  parmi les plus faibles du canton de Vaud. L’exposition essentiellement  au sud offre un ensoleillement maximal jusque tard dans la saison. Au printemps, l’effet tampon du lac permet un départ de la végétation plus précoce et avance d’autant la période des vendanges. Plus tard dans la saison, la restitution de l’énergie emmagasinée la journée par le lac,  conjuguée aux courants frais descendant du Jura la nuit, renforcent l’alternance jours chauds – nuits fraîches favorable à une maturité optimale du raisin. L’élévation du vignoble le place au-dessus des brumes matinales automnales, propices au développement de maladies fongiques.


Facteurs humains

Vendanges 2012 (15) La viticulture  dans la région de Bonvillars remonte à plus d’un millénaire. Les hommes avaient déjà su apprécier la valeur de cette région que les études scientifiques menées de nos jours ne cessent de confirmer.

Aujourd’hui, l’avancée des connaissances scientifiques en viticulture tendent à uniformiser les pratiques culturales à l’échelle de la Suisse. Mais si les techniques de productions ne sont plus spécifiques à une région,  l’identité et la typicité des produits demeurent et répondent à une réelle demande de la clientèle régionale.

Le vigneron est en interaction avec sa vigne et la guide dans son environnement plus qu’il ne la dirige. La qualité de cette relation particulière entre l’homme et la plante se retrouve indiscutablement dans la valeur du produit fini. Un vin de grande qualité s’élabore avant tout à la vigne.


Encépagement

_V2C8708Les cépages s’expriment différemment d’un terroir à l’autre, de même que certains cépages révèlent mieux le caractère du terroir. Le Chasselas et le Pinot noir font partie de ces cépages très influencés par leur environnement et sont particulièrement adaptés aux conditions pédoclimatiques de notre vignoble. Le Chasselas demeure majoritaire avec 35% de l’AOC  Bonvillars. Viennent ensuite Pinot noir (28 %),  Gamay (15%), Garanoir (7%), Gamaret (5%), autres spécialités blanches et rouges (10%). Les frères Gamaret et Garanoir – tous deux obtenus en 1970 à la Station fédérale de recherche en agronomie  par croisement du Gamay avec le Reichensteiner (cépage blanc allemand)  – ont connu la plus forte progression ces dernières années et s’expriment très bien dans la région, à l’instar des autres cépages rouges.